Le Camp Americain - HISTORIAL BEAUNE

Association de Sauvegarde
de l'Héritage Militaire de Bourgogne
Aller au contenu

Menu principal :

 
LE CAMP AMÉRICAIN DE BEAUNE
 
Janvier 1918
Le Grand Quartier Général américain, avec le Général PERSHING, s'installe à CHAUMONT (Haute Marne) où se trouve actuellement l'Ecole de Gendarmerie. Il décide la création de « Camps Américains »  et organisent leurs arrières de façon à être autonomes.
Ils veulent leur service de santé distinct et en arrière de leur secteur de combat ; la Bourgogne était toute désignée.        
Une mission d'officiers du G.Q.G américain proposa BEAUNE pour l'installation d'un hôpital de campagne de 20 000 lits sur une superficie de 60 hectares formant un quadrilatère d'un seul tenant.
Citée dessinée à l'américaine avec ses rues à angles droits et  l'alignement géométrique des baraquements de 52 mètres par 6 mètres pour les uns et 36 mètres par 6 mètres pour les autres.
 
Février 1918
Les travaux de nivellement et de décapage des sols ont été faits par des engins jusqu'alors inconnus en Europe. Des lignes téléphoniques et électriques furent installées par les soldats du Génie américains.
Ces travaux titanesques furent faits par des soldats noirs américains encadrés par des spécialistes et terminés fin avril 1918.
La construction des rues et des premiers baraquements fut laissée à la « Société Française d'Entreprise » qui dut faire appel à des travailleurs espagnols qui étaient logés sous tentes appelées marabout.
Trois forages descendus à plus de 100 mètres, firent jaillir l’eau indispensable à un tel hôpital.
1er Juin 1918
Le chantier est visité par la presse régionale, invitée par la « Société Française d’Entreprise ».
 
04 Juillet 1918
Jour anniversaire de l’Indépendance de l’Amérique.Une magnifique fête franco–américaine se déroula au Camp Américain de BEAUNE.
 
1er Août 1918
Le Général PERSHING visite incognito le Camp Américain de BEAUNE .
 
13 Août 1918
Les premières infirmières américaines arrivent. Peu de temps après les premiers blessés arrivent et un millier de lits est occupé.
 
10 Septembre 1918
Un convoi ferroviaire est annoncé. Il transporte 400 blessés qui passeront directement de leur couchette confortable au lit du baraquement – hôpital. La locomotive tractant ce train de wagons blancs avec une croix rouge, est une « PACIFIC ». Elle fit l’admiration des Beaunois car c’était une des première machine de ce type à circuler en Europe.
11 Novembre 1918
Au lendemain de l’Armistice, les convois de blessés cessèrent d’arriver et dès la fin de l’année 1918, une grande partie des blessés étaient récupérable. Le G.Q.G Américain envisagea de désaffecter le Camp Américain en Janvier 1919.
Un avis de la Mairie de BEAUNE, dès fin Novembre, avait fait prévoir la fin de l’hôpital en invitant les propriétaires ou locataires des terrains occupés à venir se faire payer la "location des terrains" à la recette municipale.
Le mois de Janvier s’écoula, les dernières évacuations entraînèrent la liquidation du matériel sanitaire et de certains mobiliers. Une décision du G.Q.G Américains allait transformer le Camp de BEAUNE en une Université temporaire.
L’Université Américaine temporaire
(American Expeditionary Forces University)
- Février – Juillet 1919 -

Le G.Q.G (Grand Quartier Général) américain envoya en mission le Colonel REEVES, qui commandait  le 135ème Régiment d’Infanterie, pour connaître la capacité de transformation des Camps d’ ALLEREY  et de BEAUNE en universités. Dans son rapport, le Camp d’ ALLEREY conviendrait pour  une école supérieure d’agriculture et que le Camp Hôpital de BEAUNE devait être choisi pout y installer l’Université américaine temporaire projetée.
 
08 Février 1919
BEAUNE est définitivement choisie. L’Université du Corp Expéditionnaire Américain de BEAUNE est crée pour tous les étudiants des Forces Américaines qui ne peuvent être envoyés dans les universités françaises et anglaises.
 
11 Février 1919
L’Army Educational Commission et le Colonel REEVES arrivent à BEAUNE pour organiser l’Université.
 
19  Février 1919
Le Col. REEVES est nommé « superintendant » et « commandant de l’A.E.F.U » de BEAUNE . Plus de 9500 ETUDIANTS – MILITAIRES de tous grades appartenant à toutes les unités stationnées en Europe seront acheminés sur BEAUNE. Ils seront répartis dans les diverses disciplines scientifiques et littéraires ainsi que plus de 600 professeurs et assistants, pour la plupart officiers, originaires des universités américaines. Cette armée de citoyens devra à son retour aux  U.S.A  être prête à prendre une part  active et intelligente aux futurs projets de leur pays. En conséquence il sera donné un enseignement éducatif et professionnel afin qu’ ils puissent disposer d’un bagage suffisant pour leurs futures responsabilités.
Commencement des travaux d’aménagement. En trois ou quatre semaines 200 bâtiments furent furent achevés, rénovés et 175 bâtis en supplément. Les bâtiments majeurs de  l’Université dépassent 600. L’environnement devra être aménagé pour créer  l’atmosphère des collèges typiques des Etats-Unis .

07 Mars 1919
Accueil des étudiants de la 1ere Armée

08 Mars 1919
Accueil des étudiants de la 2ème et 3 ème Armée. Outre les  700 professeurs civils et militaires américains, une trentaine de professeurs français ou francophones furent engagés.
L’implantation de cette université entraîna quelques problèmes de voisinage.
 
 

 
Quelques extraits du Journal de Beaune en 1919 :
En février le camp est presque vide et quelques M.P (Military Police) en assurent la garde et le 06 février, quelques-uns d’entre eux fusillent des becs de gaz. Nouvelle indignation le 25 février en dénoncant le gaspillage des américains qui jettent denrées alimentaires et matériels aux dépotoirs. Le Journal appelle la population beaunoise à fraterniser avec la jeunesse américaine.
 
Le 1er Mars 2019
Au cours d’une rixe un soldat américain est tué à GIGNY et un autre soldat américain tue un permissionnaire français. Les américains ont le révolver trop facile.
 
29 Mars 1919          
Le Journal dénonce « les courtisanes du trottoir » et les autorités américaines demandent « l’expulsion » de jeunes mineures qui se prostituent autour du Camp.

Avril 1919
Le Colonel REEVES, invite les membres de l’Université à ne plus acheter les produits des fermes alentours. Les beaunois se plaignent du bruit nocturne des rondes des side-car de la M.P. La mairie ouvre un bureau de réclamations pour les dégats causés par les américains.
 

Clôture de l’Université du Camp Américain
03 juin 1919
Le Conseil Municipal de BEAUNE tient une séance spéciale consacrée à la liquidation du Camp. Qu’allait-il devenir de cette extraordinaire création, de cette ville annexe à BEAUNE? Les départs des américains s’échelonnèrent du 07 au 15 juin 1919 par trains. Ne resta au Camp qu’un mince contingent pour en assurer la garde et la liquidation des services.

La liquidation
24 Juillet 1919
Le journal de BEAUNE fait paraître cet avis: « Le receveur municipal fait savoir aux intéressés qu’il paiera la location des terrains du  Camp américain à BEAUNE  à partir du 05 Août. Prière aux locataires des se munir d’un titre par lequel les propriétaires les autorisent à toucher le prix des locations.
 
Août 1919
La situation est la suivante :
les Américains vendent une partie des ustensiles contenus dans les baraquements,
ils cèdent à des revendeurs les surplus divers contenus dans les magasins,
l’invendable est brûlé sur place.
En ce qui concerne les baraques vides, l’Intendance Américaine en transmet la propriété à l’État francais.
La Chefferie du Génie de DIJON sera chargé de vendre les baraquements aux particuliers .

Les propriétaires, excédés par cet imbroglio administratif, se contentèrent des fermages des locations jusqu’au 31/12/1921. Il s’en suivit assez  rapidement , une occupation « sauvage » des baraques abandonnées, tandis que d’autres clandestins s’installèrent sur le sol cimenté des baraques démolies.

Aujourd’hui, le « camp américain » présente une curieuse image où apparaissent des anciens baraquements d’époque restaurés au milieu de coquettes villas alignées le long des principales rues.
 
CONCLUSION
Le camp américain bouleversera la vie des Beaunois à la fin de la Grande Guerre. Il était temps de le sortir de l’oubli fossilisant. Rappelons nous que toute l’élite américaine venue combattre à nos côtés en 1917 / 1918 a séjourné à BEAUNE de Mars à Juillet 1919. L’empreinte reçue dans cette extraordinaire Université a été profonde.
Combien parmi ces étudiants - soldats sont revenus vingt cinq ans après parmi les cadres des troupes du débarquement  ? Et combien sont morts sur nos plages en pensant  au Camp Américain de leur jeunesse ?

Informations  tirées du livre de Lucien PERRIAUX  « LE CAMP AMERICAIN DE BEAUNE »
Centre Beaunois d’Etudes Historiques
 
Association de sauvegarde de l'héritage militaire de Beaune - 23 rue du Docteur Tassin - 21200 Beaune
Siren : 500064696 - contact@ashmb.fr
Retourner au contenu | Retourner au menu